Sujet : l’éducation est-elle un obstacle à la liberté ?

 La liberté est l’une des conquêtes la plus chères à l’homme, car elle est l’état d’une personne ou d’un peuple qui vie sans soumission, sans servitude. Elle est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté. Etymologiquement, l’éducation vient du latin « ex-ducere » qui signifie guider, conduire, orienter. L’éducation, par définition, c’est l’action de développer un ensemble de connaissances et de valeurs morales, physiques, intellectuelles, scientifiques, considérées comme essentielles pour atteindre un niveau de culture souhaitée. L’éducation étant une action exercée sur un individu et la liberté étant l’action de vivre sans contrainte, sans obstacle, on est tenté de s’interroger : l’éducation est-elle un obstacle à la liberté ? Cette interrogation nous introduit dans un rapport entre la liberté et l’éducation. Afin de mener à bien notre réflexion, orientons sur ces questions : en quoi l’éducation est-elle un obstacle à la liberté ? L’éducation n’est-elle pas aussi un chemin d’accès à la liberté ?

             L’éducation est un ensemble de règles que l’on soumet à un individu afin de le modeler et cela bien souvent sans sa volonté. En effet modeler un individu c’est restreindre son champ de liberté afin qu’il rentre dans un canevas souhaité par celui qui exerce sur lui l’éducation. La soumission à ces règles conduit inévitablement à une opposition à la liberté. Par l’éducation l’homme est contraint à faire fi de sa liberté pour obéir aux règles dictées par l’éducation. Par exemple, un enfant qui débute pour la première fois l’école est contraint à abandonner sa liberté de jeux ou de distraction afin de faire ses devoirs et surtout captiver son esprit sur ce qu’il avait appris afin de ne pas oublier. 

         Aussi est-il que l’éducation conduit à un endoctrinement empêchant l’homme de s’épanouir. En effet par les règles dictées par l’éducation, l’on est soucieux de savoir s’il est toujours dans les normes, s’il est toujours en conformité avec ce que l’éducation lui a enseigné. Il est déterminé par les consignes laissées par l’éducation. Par exemple, il faut toujours être galant devant les femmes, il faut toujours saluer en premier les personnes les plus âgées, il faut toujours se laver les mains avant de se mettre à table, il faut toujours se brosser les dents après chaque repas etc. Et lorsque ses règles de sont pas respectées, l’on se retrouve dans un état de remord, d’angoisse qui nous empêche d’être libre.

            De plus, l’éducation rend l’homme automate. En effet par le respect strict des règles dictées par l’éducation l’on est limité par notre volonté d’agir car on se contente d’appliquer sans réfléchir ce qu’il nous a été enseigné. C’est le cas de la parabole du bon samaritain dans Luc 10, 25-37 où un homme qui descendait deJérusalem à Jéricho, tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. L’attitude du Prêtre et du Lévite qui sont des serviteurs du Temple est jugé normale selon le point de vue l’égale, c'est-à-dire qu’ils sont en conformité avec la règle dictée par la loi car tout juif en contact avec du sang ou d’un mort doit subir un exile de sept jours avant d’être pure. Et ne voulant pas se souiller, ils abandonnèrent le blessé. Mais du point de vue de la morale, ils sont condamnables parce qu’ils ont fait fi de leur liberté à venir en aide à leur semblable oubliant qu’ils peuvent se retrouver dans la même situation.

            Le respect strict des règles dictées par l’éducation constitue souvent un obstacle à la liberté. Cependant, dans certains cas et la plus part du temps, l’éducation conduit l’homme est un chemin vers  la liberté.

             D’abord, l’éducation permet d’avoir la maîtrise de soi. En effet, en se conformant aux lois dictées par l’éducation, l’on acquiert une autonomie et une connaissance de ce qui est bien ou de ce qui est mal. L’homme peut surpasser sa nature inconsciente par des techniques apprises par l’éducation et ainsi devenir libre de ses mouvements, de ses volontés. Aussi, l’homme n’est plus soumit à son ignorance mais à sa capacité de pouvoir agir librement devant une situation, par l’éducation l’homme apprend à être responsable de ses choix et de ses actes. Par exemple grâce à l’éducation, l’on sait qu’il faut traverser quand le feu est rouge ou quand il n’y pas de voiture et s’arrêter quand le feu est vert pour laisser passer les véhicules.

            Ensuite, l’éducation est un obstacle au libertinage. En effet trop de liberté conduit l’homme au libertinage. Il ne se contrôle plus, il laisse dominer ses pulsions et ses désirs malsains. Or pour vivre en société, il faut contrôler ses libertés pour le bien être et l’épanouissement de tous. Par l’éducation l’on apprend à maîtriser les tendances égoïstes de la chair en sachant que dans notre liberté nous ne devons pas être nuisibles à l’autre. Grace à l’éducation, on observe une expression de liberté et une paix dans les pays tels que les États-Unis, l’Angleterre, l’Allemagne, le Japon etc.

            En fin, le but de l’éducation c’est la liberté. L’on s’éduque pour être libre, l’on  s’éduque pour s’adapter, manifestement, l’éducation aide l’homme à être libre car par la connaissance qui lui a été enseigné, il devient capable de raisonner, de communiquer, de travailler. L’homme est né dans une nature ou tout est tout est déterminé par des lois. Afin de s’affranchir devant ces lois, l’éducation permet de les connaitre et de les manipuler pour l’épanouissement de l’homme. La liberté s’apprend par une éducation rigoureuse obtenue par les parents, la société, elle est même le Reppert de toute existence dans un monde en perpétuel changement.

 

            Au terme de notre analyse, nous avons montré d’une par que l’éducation est un obstacle à la liberté à travers la soumissions aux règles dictées par l’éducation, l’endoctrinement et l’automatisme. Et d’autre part nous avons montré que la fin dernière de l’éducation c’est la liberté grâce à la maitrise de soi. Pour notre part l’éducation est la force la plus efficace qui permet à l’homme de quitter son état sauvage, de maitriser son instinct et de vivre libre.